Différents modèles de masques en tissu

Avec la crise sanitaire qui sévit actuellement dans le monde entier, les masques deviennent un accessoire indispensable au quotidien. En porter est la solution la moins chère, la plus facile et la plus accessible pour se protéger contre les infections. Il existe différents modèles de masques en tissu sur le marché. Il faut que cet accessoire soit confortable à porter et aussi efficace que possible.

Mieux comprendre les masques alternatifs, barrières et grands publics

Ces trois expressions sont presque équivalentes. Un masque non sanitaire n’est ni un équipement non médical ni un dispositif de protection individuel. L’Académie de médecine utilise aussi les termes de masque alternatif ou masque grand public pour désigner le masque non médical. Il est différent des masques chirurgicaux et FFP qui sont portés en priorité par les malades et les soignants. Il s’agit donc uniquement d’un accessoire qui fait office de barrière. Les masques non sanitaires sont conçus pour limiter la projection des postillons infectieux pendant que vous parlez, éternuez ou toussez. Il vous protège et protège aussi les autres.

Les masques grand public sont fabriqués par des entreprises textiles et se distinguent par un logo. Puisqu’il s’agit aujourd’hui d’un accessoire incontournable de la garde-robe, les stylistes y ont ajouté une touche de mode. Il est ainsi possible de le porter tout en étant classe et glamour. Vous trouverez ici différents modèles de masques stylés.

Les critères indispensables auxquels un masque en tissu doit répondre

Sachez d’abord que tous les masques ne sont pas identiques. Vous devez comparer, voire essayer plusieurs modèles pour trouver celui qui vous correspond le mieux et dans lequel vous êtes bien à l’aise. Quoi qu’il en soit, cet accessoire doit comporter plusieurs couches de tissus pour être plus étanche. Le but est d’empêcher les gouttelettes de se propager dans l’air. Il doit avoir deux couches de tissus au minimum pour être efficace.

Ensuite, assurez-vous qu’il est fabriqué à partir d’un tissu facilement lavable. Il faut aussi que le tissu soit à maillage serré afin de ne pas laisser les particules se libérer du masque. Ceux qui sont tricotés sont donc à éviter puisque leurs mailles sont très grosses. D’ailleurs, ils ne sont pas étanches.

Enfin, pour que cette protection soit efficace, il est important de la porter de façon convenable. Le masque doit couvrir le nez et la bouche jusque sous le menton et évitez de le baisser pendant que vous parlez. Les mains aussi doivent être bien lavées avant de le mettre et dès qu’il est placé sur le visage, vous ne devez plus le toucher.

Un modèle industriel en tissu certifié par un logo

Pour que ce masque grand public assure son rôle anti-postillon, les particuliers ou les entreprises qui souhaitent en fabriquer doivent au préalable faire réaliser quelques tests. Il y a d’abord le test aux portées pour lequel le fabricant garantit que celui-ci ne présente aucun gène respiratoire en le portant pendant 4 heures.

Puis, il y a l’évaluation de niveau d’efficacité de filtration des particules émises d’une taille de 3 µm. Le résultat de celle-ci  détermine la catégorie dans laquelle le masque est classé. Les masques en tissu qui assurent plus de 90 % de filtration des particules de trois microns entrent dans la catégorie 1. Ceux qui peuvent filtrer entre 70 % et 90 % les particules de 3 µm se trouvent dans la catégorie 2. Une évaluation de perméabilité à l’air et de la respirabilité doit également être effectuée sur le masque grand public.

Un logo imprimé a été créé pour distinguer les masques grands publics testés et validés par l’autorité. Ceux-ci se déclinent en quatre versions différentes, en fonction de leur durabilité : testé 5 lavages, testé 10 lavages, testé 20 lavages et testé 30 lavages.